Terrain saccagé par des gens du voyage : après des mois d’occupation, le BEC Rugby voit enfin « le bout du tunnel »

Terrain saccagé par des gens du voyage : après des mois d'occupation, le BEC Rugby voit enfin "le bout du tunnel"

Scandale à Pessac : le terrain d’entraînement du Bordeaux Étudiant Club saccagé par des voyageurs

Dernièrement, les rugbymen du Bordeaux Étudiant Club (BEC) ont fait face à une situation aussi désagréable qu’inattendue. Les membres de la communauté des gens du voyage, installés depuis six mois sur leur terrain d’entraînement à Pessac, ont laissé derrière eux un véritable champ de ruines. Exaspérés par ces dégradations, les responsables du club envisagent de porter plainte contre les auteurs de ces méfaits.

Un terrain impraticable

Après une longue occupation, composée d’environ une centaine de caravanes, les gens du voyage ont finalement quitté le stade André Lasserre la semaine dernière. Malheureusement, leur départ a révélé un spectacle désolant sur le terrain. La pelouse, autrefois soignée et entretenue, est maintenant un amas de terre boueuse, rendant l’entraînement impossible. En ajoutant à cela les installations du club qui ont été ravagées et utilisées comme des toilettes improvisées, l’indignation est à son comble.

Une situation récurrente

Ce genre d’incident est malheureusement loin d’être une première pour le BEC Rugby. L’année précédente, les membres du club avaient déjà dû faire face à une occupation gênante de leur stade principal. La tribune était hors d’usage, le terrain impraticable, obligeant les joueurs à se replier sur d’autres infrastructures temporaires. Le club-house, fermé depuis deux ans pour des raisons de sécurité, ne pouvait également pas être utilisé à cause de la présence des caravanes.

Cette situation a entraîné un véritable dysfonctionnement pour le club, qui compte plus de 300 licenciés. Les cotisations des membres n’étaient pas utilisées à bon escient, et les fêtes d’après-match ne pouvaient plus avoir lieu dans une atmosphère conviviale et décente.

Des réparations coûteuses et des projets en suspens

Le départ des gens du voyage marque un tournant positif pour le club. Ils peuvent enfin commencer à envisager la rénovation de leur club-house et relancer les projets en attente. Néanmoins, les réparations du terrain s’élèvent à plusieurs dizaines de milliers d’euros, une somme non négligeable pour le club. Face à ces dégâts, le BEC Rugby réfléchit sérieusement à porter plainte pour vol et dégradations de matériel.

L’espoir d’un meilleur avenir

Faisant preuve d’un optimisme inébranlable, le président de la section rugby, Eric Lanau, espère que cette situation marquera un nouveau départ pour le club. Les jeunes joueurs pourront enfin écrire leur propre histoire dans des conditions d’entraînement plus normales.

En parallèle, l’Université de Bordeaux, qui a apporté un soutien précieux au club en mettant à disposition un local pour le stockage du matériel, a pris des mesures pour sécuriser l’entrée du terrain afin d’éviter de nouvelles occupations.

Malgré les obstacles rencontrés, le BEC Rugby reste déterminé à rebondir et à offrir à ses licenciés un cadre de pratique adapté à leur passion pour le rugby.

Source: francetvinfo.fr