RUGBY. Hôtels 5 étoiles, stage de luxe et avions privés, le XV de France va devoir serrer la ceinture à présent !

RUGBY. Hôtels 5 étoiles, stage de luxe et avions privés, le XV de France va devoir serrer la ceinture à présent !

Fini les douces escapades du XV de France sur la Côte d’Azur ! Le mandat de Fabien Galthié a été marqué par des préparations de matchs sur la promenade des Anglais à Nice, dans les magnifiques Calanques de Marseille, ou encore dans les belles Landes, à Capbreton. Mais ces stages de luxe ont un coût pour la Fédération Française de Rugby (FFR), qui doit désormais envisager des économies. Selon Florian Grill, le président de la FFR, le déficit d’exploitation s’élève à environ 40 millions d’euros sur deux saisons, dont 16 millions pour la saison 2022-2023. Avec les problèmes du groupement d’intérêt économique (GIE) et le non-accès au Stade de France pendant les travaux, le déficit d’exploitation devrait atteindre 23 ou 24 millions pour la saison 2023-2024. Malgré l’importance du XV de France pour les revenus de la FFR, il est impératif de mettre en place un plan d’économie. L’objectif n’est pas de couper drastiquement les moyens de l’équipe, mais plutôt d’adopter une approche plus modérée. Ainsi, les stages se dérouleront davantage au centre d’entraînement de Marcoussis, afin de limiter les frais liés aux déplacements et aux logements. Les changements ne se limiteront pas aux stages. Les hôtels seront choisis avec un budget plus restreint, ce qui permettra des économies à long terme. De même, les déplacements en avion privé seront réduits au profit de vols réguliers, surtout pour les destinations étrangères. Florian Grill souligne l’importance de ces petits ajustements, qui auront un impact significatif sur les finances de la fédération. Il insiste sur la nécessité d’optimiser les coûts de fonctionnement, tout en préservant la performance sportive. Au niveau du staff de l’équipe de France, aucun changement n’est à prévoir. Florian Grill souhaite maintenir un effectif qualifié et spécialisé. Cependant, les ressources seront utilisées de manière plus modérée, afin de réduire les dépenses. En conclusion, malgré son rôle essentiel dans les revenus de la FFR, le XV de France doit se soumettre à un plan d’économie pour faire face à son déficit d’exploitation. Les stages de préparation se limiteront davantage au centre d’entraînement de Marcoussis, les hôtels et les voyages en avion privé seront moins luxueux. Ces changements, bien que modérés, permettront à la fédération de mieux gérer ses finances tout en préservant la compétitivité de l’équipe de France.

Source: lerugbynistere.fr