Rugby. Clément Darbo, de Lembeye à Lourdes : “C’est beaucoup plus simple pour moi”

Rugby. Clément Darbo, de Lembeye à Lourdes : “C'est beaucoup plus simple pour moi”

Cette été, Clément Darbo continue à jouer au rugby

Cet été, les supporters de l’ESL ont été surpris de voir Clément Darbo reprendre les crampons. En effet, quelques mois plus tôt, il avait annoncé sa retraite sportive. Mais l’appel du club a été plus fort que prévu, même si les kilomètres à parcourir ne sont pas une mince affaire.

Un choix de vie avant tout

Après avoir joué trois matchs sous les couleurs de l’ESL lors des quatre premières journées, Clément Darbo, originaire de Lembeye et résidant désormais à Loubajac, a signé en double licence au FC Lourdes, leader de sa poule en Fédérale 2. Ce choix n’est pas motivé par un challenge sportif, mais par une volonté de concilier vie personnelle et pratique du rugby.

Une expérience enrichissante à Mont-de-Marsan

Lorsqu’on lui demande ce qu’il reste de sa fin de saison dernière avec le maillot montois, Clément Darbo parle d’une expérience très positive, malgré la déception de ne pas avoir atteint la finale. Passer de la Régionale 1 à la Pro D2 et jouer une demi-finale dans le stade où il avait été champion de France avec Grenoble en 2012, cela a été un moment fort dans sa carrière professionnelle.

Une envie de continuer à jouer

Clément Darbo avait prévu d’arrêter le rugby définitivement après sa saison à Lembeye, mais sa décision a changé lors de son passage à Mont-de-Marsan. Il a retrouvé un rythme de jeu qui lui manquait depuis 18 ans, avec un staff médical aux petits soins pour lui. Après la demi-finale, il se sentait encore en forme et avait envie de continuer à jouer. Cependant, les trajets depuis Loubajac, où réside sa femme, devenaient de plus en plus lourds à gérer.

Un retour à Lembeye avec des compromis

Malgré ses réserves, Clément Darbo a finalement accepté de revenir jouer à Lembeye, son club de cœur. Il a toutefois souhaité mettre en avant que le rugby est désormais une activité secondaire pour lui. Sa priorité est sa vie familiale et professionnelle. C’est pour cette raison qu’il a ensuite signé en double licence au FC Lourdes, qui cherchait des joueurs à la mêlée et à l’ouverture. Jouer près de chez lui lui permet de concilier plus facilement toutes ses responsabilités.

Une décision difficilement acceptée par tous

Bien que le président et le vice-président de Lembeye aient compris la décision de Clément Darbo, d’autres n’ont pas été aussi compréhensifs. Le fait d’être un ancien joueur professionnel fait souvent oublier aux gens que le rugby est désormais un loisir pour lui. Sa reconversion professionnelle en est la preuve. Jouer près de chez lui lui permet d’avoir un équilibre entre sa vie personnelle, sa vie professionnelle en pleine reconversion et sa passion pour le rugby.

Source: larepubliquedespyrenees.fr