Pierre Albaladejo : « Le rugby est désormais moins convivial »

Pierre Albaladejo : "Le rugby est désormais moins convivial"

La légende du rugby Pierre Albaladejo célèbre ses 90 ans

Le 14 décembre, Pierre Albaladejo, légende du rugby français, a fêté ses 90 ans. Dans une interview exclusive, il nous a parlé de ses souvenirs marquants, de sa carrière à Dax et en équipe nationale, ainsi que d’un drame qui a profondément marqué sa vie.

Une célébration simple et chaleureuse

Pour ses 90 ans, Pierre Albaladejo a choisi de célébrer en famille, entouré de ses amis proches. Bien qu’il n’y ait pas eu de grande fête, le maire de Dax est venu lui rendre visite pour marquer cette occasion spéciale. Vivant une vie paisible et détendue, Pierre Albaladejo pense souvent à sa famille, en particulier à ses deux frères disparus. Son frère cadet, Jean-Pierre, était présent pour célébrer avec lui, rappelant les souvenirs de leur jeunesse.

Un drame qui a marqué sa vie

L’un des moments les plus tragiques de la vie de Pierre Albaladejo a été la disparition de son frère aîné, Raymond, à l’âge de 31 ans dans un accident de voiture en 1964. Raymond était un talentueux joueur de rugby, et sa mort soudaine a laissé une cicatrice profonde dans le cœur de Pierre. Se souvenant de cette nuit tragique, Pierre évoque le fait qu’il était avec son frère et deux autres joueurs, Jean Othats et Émile Carrère, dans la voiture qui a été prêtée par le président du club. La perte de Raymond a eu un impact durable sur Pierre Albaladejo, et il admet qu’il ne peut pas oublier cette tragédie.

Finale du championnat de France le 22 mai 1996 à Toulouse, Agen gagne contre Dax (9-8). L’entrée des joueurs sur le terrain, avec Pierre Albaladejo (à droite). – Source : Midi Olympique – Photo archives

Le rugby d’aujourd’hui

Malgré les changements dans le rugby moderne, Pierre Albaladejo suit toujours de près les performances de l’US Dax, son ancien club qui est remonté en Pro D2. Cependant, il note que le rugby a évolué de manière significative. Les équipes sont désormais composées de joueurs de différents horizons, et lorsque Pierre Albaladejo se rend aux matchs, il ne reconnaît plus tous les visages. Il se rappelle avec nostalgie de l’époque où tout le monde connaissait tous les joueurs et où les vestiaires étaient animés et conviviaux.

Souvenirs du passé

Pierre Albaladejo se remémore avec bonheur les vestiaires d’antan, où l’ambiance était toujours animée et où les joueurs se soutenaient les uns les autres. Il note cependant que l’aspect convivial du rugby a diminué au fil des ans. Il évoque également la finale 1963 contre Mont-de-Marsan, un match qui a marqué le début d’une grande amitié avec les joueurs adverses. Cette finale a été un moment inoubliable et a renforcé les liens entre les joueurs des deux équipes.

Le mythique match contre les Springboks

Pierre Albaladejo se souvient également du match légendaire de 1961 contre les Springboks, qui s’est soldé par un score nul de 0-0. Il admet que le match a été rude, avec une confrontation intense entre les deux équipes. Cependant, il souligne l’aspect médiatique de ce match, qui a contribué à populariser le rugby en France.

L’évolution du jeu

En ce qui concerne l’évolution du jeu de rugby, Pierre Albaladejo reconnaît que celui-ci a changé au fil des années. Il se souvient de l’époque où le jeu était plus instinctif et libre, mais remarque que le rugby d’aujourd’hui est devenu plus mécanique. Malgré cela, il admet que les joueurs actuels sont incroyablement talentueux et bien préparés physiquement. Cependant, il s’inquiète de la violence croissante dans le sport et de l’absence de fair-play qu’il observe chez certains joueurs.

Le fair-play dans le rugby

Pierre Albaladejo fait une comparaison intéressante entre le rugby et le football. Il estime que les footballeurs sont de plus en plus fair-play, avec des gestes de complicité et de fair-play entre adversaires. En revanche, il constate une baisse du fair-play chez certains joueurs de rugby. Il mentionne une conversation récente avec Pierre Salviac, où ils ont tous deux convenu que le match entre La Rochelle et Castres était un exemple de fair-play et de qualité. Cette expérience a incité Pierre Albaladejo à contacter l’arbitre de ce match pour le remercier de sa performance, mettant en lumière le rôle essentiel des arbitres dans le sport.

Les amis du rugby

Pierre Albaladejo entretient des relations étroites avec quelques personnes du monde du rugby. Il est particulièrement proche de Jean-Louis Bérot, qui l’accompagne aux matchs et l’aide au quotidien. Il mentionne également Claude Dourthe et Jean-Patrick Lescarboura parmi ses amis. Et bien sûr, il reste proche de Pierre Salviac, son ancien partenaire sur France 2. Malgré les années, leur amitié perdure et Pierre Albaladejo souligne le professionnalisme et les compétences de Pierre Salviac en tant que commentateur.

À 90 ans, Pierre Albaladejo continue de laisser une empreinte indélébile dans le monde du rugby. Sa passion et ses souvenirs sont une source d’inspiration et son regard attentif sur l’évolution du sport est précieux. Merci à cette légende du rugby pour tout ce qu’elle a apporté au jeu et pour l’enthousiasme qu’elle continue de transmettre aux générations futures.

Source: rugbyrama.fr

Pierre Albaladejo : « Le rugby est désormais moins convivial »

Une icône du rugby déplore l’évolution du sport

Le légendaire Pierre Albaladejo, figure emblématique du rugby français, a récemment exprimé sa tristesse face à ce qu’il considère comme un déclin de la convivialité dans ce sport si prisé. Dans une interview exclusive accordée au journal Le Monde, Albaladejo a partagé sa vision et ses inquiétudes quant à la direction que prend le rugby moderne.

Albaladejo, qui a marqué l’histoire du rugby français en tant que joueur et entraîneur, évoque une époque révolue où le rugby était caractérisé par des valeurs de camaraderie, de respect et de fair-play. Selon lui, le rugby d’aujourd’hui se concentre de plus en plus sur la performance, la compétition et l’argent, au détriment de la convivialité qui faisait autrefois la renommée de ce sport.

Un constat amer

Pour Albaladejo, la convivialité est l’essence même du rugby. Il déplore la disparition de moments de partage et de camaraderie entre joueurs, clubs et supporters. Les rencontres en dehors du terrain, les troisièmes mi-temps festives, où les échanges se faisaient dans une ambiance amicale, semblent se faire de plus en plus rares.

Selon lui, le professionnalisme du rugby et l’argent qui y est associé ont contribué à cette évolution. Les enjeux financiers ont engendré une mentalité plus individualiste et ont éloigné le sport de ses valeurs d’antan.

Vers une révolution conviviale dans le monde du rugby

Malgré ses préoccupations, Pierre Albaladejo reste optimiste quant à l’avenir du rugby. Il est convaincu que des changements peuvent être opérés pour retrouver cette convivialité perdue. Albaladejo appelle à une prise de conscience collective de la part des joueurs, des dirigeants et des instances officielles.

Il insiste également sur l’importance des clubs et des supporters dans cette démarche. Les initiatives locales, comme la mise en place de rencontres interclubs plus festives, pourraient contribuer à réinstaurer une atmosphère conviviale et chaleureuse.

Pour Pierre Albaladejo, il est essentiel que chaque acteur du rugby prenne ses responsabilités pour retrouver cet esprit convivial qui a fait la renommée de ce sport. Seule une mobilisation générale permettra de redonner toute sa grandeur et son charme au rugby.

Dans cette optique, un mouvement en faveur d’une « révolution conviviale » dans le monde du rugby est en train de prendre forme. Des personnalités du rugby, des joueurs anciens et actuels, ainsi que des amoureux du sport se mobilisent pour promouvoir cette vision.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les efforts déployés pour redonner à ce sport tant aimé l’essence même qui a fait de lui un sport unique en son genre : un mélange parfait de performances sportives et de convivialité.