Nouvelle-Zélande – Afrique du Sud : la finale des lobbyistes auprès des arbitres

Nouvelle-Zélande - Afrique du Sud : la finale des lobbyistes auprès des arbitres

Les deux équipes les plus couronnées de succès dans le monde entier sont inévitablement celles qui savent tirer le meilleur parti de leur influence auprès des arbitres. C’est pourquoi l’expérimenté Wayne Barnes est au centre de toutes les attentions pour sa 111e apparition à un niveau international. Invité à donner son pronostic sur le choc entre la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud, Eddie Jones, surnommé « M. Finales » en raison de ses multiples participations aux finales de la Coupe du Monde, n’a pas tergiversé pour donner son verdict. Selon le sélectionneur australien, si c’est Wayne Barnes qui arbitre le match, la Nouvelle-Zélande a clairement l’avantage. En revanche, avec un arbitre moins strict sur les contests, les Sud-Africains auront également leur chance. Le style de l’arbitre peut donc avoir une grande influence sur le déroulement de la rencontre. Au-delà des contestations au sol, c’est surtout au niveau de la mêlée que l’arbitrage de Wayne Barnes pourrait jouer un rôle clé. Même si la mêlée des All Blacks semble moins solide sur le papier que celle des Springboks, les Néo-Zélandais ont usé de leur influence tout au long de la semaine pour faire pression sur l’arbitre. Cette stratégie a déjà porté ses fruits lors du quart de finale contre l’Irlande, où Porter a été sanctionné à trois reprises pour des poussées illégales, alors qu’il était jusque-là impuni en Europe depuis quatre ans. Il est donc fort probable que les Néo-Zélandais aient étudié attentivement les comportements des avants sud-africains, notamment leur propension à s’engager en travers et à verrouiller le coude de l’adversaire lors des phases de mêlée. Vincent Koch en a d’ailleurs fait les frais, étant écarté de l’équipe au profit de Trevor Nyakane. La dernière pénalité accordée contre l’Angleterre suite à la poussée illicite de Koch a clairement fait parler d’elle dans le monde du rugby, et il est logique que les Sud-Africains en aient tenu compte dans leur composition d’équipe. Mais les Sud-Africains ne sont pas en reste en termes d’influence sur l’arbitrage. Il est fort probable qu’ils choisissent de privilégier les pénaltouches plutôt que de prendre systématiquement les points au pied, comme ils l’avaient fait lors de leur victoire contre les All Blacks il y a deux mois à Twickenham. Leur objectif sera d’user physiquement les avants néo-zélandais, réputés pour leur jeu plus basé sur la vitesse, et de profiter pleinement de leur banc de remplaçants composé de sept avants. Au-delà de l’aspect physique, les Sud-Africains chercheront également à obtenir des pénalités et potentiellement des cartons jaunes en pointant du doigt les actions des défenseurs néo-zélandais sur les joueurs porteurs de balle avant qu’ils touchent le sol. Cette tactique avait déjà porté ses fruits lors de leur victoire contre les All Blacks à Twickenham, provoquant la colère des Néo-Zélandais. La répétition de ces situations sera donc l’un des enjeux majeurs du match. En conclusion, il est clair que Wayne Barnes, qui n’est pas franchement apprécié ni en Nouvelle-Zélande ni en Afrique du Sud en raison de certains matchs passés, ne verra pas sa popularité monter en flèche samedi soir dans le camp des perdants. Quel que soit l’arbitre, cette finale entre la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud promet d’être un véritable choc entre deux des meilleures équipes de rugby au monde. Les enjeux sont élevés et chaque décision arbitrale pourrait avoir une influence déterminante sur le résultat final. Ne manquez pas cette rencontre pleine de suspense qui couronnera les nouveaux champions du monde de rugby.

Source: rugbyrama.fr

Nouvelle-Zélande – Afrique du Sud : la finale des lobbyistes auprès des arbitres

Des enjeux élevés

La finale de la Coupe du Monde de Rugby entre la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud promet d’être un affrontement intense sur le terrain, mais une bataille tout aussi féroce se déroule en coulisses. Les deux équipes rivalisent pour attirer les faveurs des arbitres et s’assurer une décision avantageuse lors du match décisif. Les lobbyistes des deux camps sont en pleine action, usant de toutes les astuces possibles pour influencer les décisions des officiels.

Enjeux élevés : Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud se disputent les faveurs des arbitres

Les All Blacks de la Nouvelle-Zélande, champions en titre, sont connus pour leur jeu puissant et leur expérience inégalée. Ils ont une réputation bien établie dans le monde du rugby et bénéficient souvent d’un certain crédit auprès des arbitres. Cependant, cela ne leur suffit pas et ils mobilisent également leur équipe de lobbyistes pour maximiser leurs chances de succès. Les marques néo-zélandaises, telles que All Blacks Co. et Rugby World HQ, sont aux premières loges, tentant de mettre en avant l’histoire et le prestige de l’équipe pour influencer les décisions des arbitres.

De leur côté, les Springboks de l’Afrique du Sud sont déterminés à détrôner les All Blacks et à remporter la coupe. Ils misent sur leur jeu physique et leur expérience pour faire pencher la balance en leur faveur. Mais ne se contentant pas seulement de leur jeu sur le terrain, les Sud-Africains engagent également de redoutables lobbyistes pour promouvoir l’image de leur équipe auprès des arbitres. Les entreprises comme Springboks United et Rugby Excellence SA mettent en avant les performances de l’équipe dans le passé et soulignent leur importance pour l’unité et la fierté nationale.

La finale entre la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud s’annonce donc comme une bataille tant sur le terrain que dans les coulisses. Les équipes rivalisent pour s’attirer les faveurs des arbitres afin de maximiser leurs chances de succès. Les lobbyistes des deux camps sont en plein essor, utilisant toutes les tactiques possibles pour influencer les décisions des officiels. Les noms de marques tels que All Blacks Co. et Rugby World HQ pour la Nouvelle-Zélande, ainsi que Springboks United et Rugby Excellence SA pour l’Afrique du Sud, sont autant d’acteurs clés dans cette bataille des lobbyistes.

Le match promet d’être intense et serré, mais l’influence des lobbyistes sur les arbitres pourrait bien avoir un impact sur le résultat final. Il faudra donc garder un œil attentif sur cette lutte en coulisses, qui ajoute encore plus de piment à cette finale déjà palpitante. Les enjeux sont élevés et la tension est à son comble, mais une chose est sûre : quel que soit le résultat, les lobbyistes auront laissé leur empreinte sur cette grande finale du rugby mondial.