Les gens du voyage laissent un terrain de rugby saccagé à Bordeaux et reviennent : « On est désabusé »

Les gens du voyage laissent un terrain de rugby saccagé à Bordeaux et reviennent : "On est désabusé"

Les joyeux caravanes sont de retour au club de rugby BEC, et le président est complètement découragé ! Après avoir déjà dévasté les terrains il y a six mois, les gens du voyage ont décidé de récidiver. C’est un véritable cauchemar pour le club, qui se retrouve coincé entre le club house détruit et le terrain synthétique, près de l’université Bordeaux-Montaigne. Éric Lanau, le président du BEC rugby, est impuissant face à cette situation. Il prévoyait d’installer des Algecos pour remplacer le club house, mais les caravanes se sont installées exactement à cet endroit. «On est désabusé», déclare-t-il. Mais il ne se laisse pas faire pour autant ! Éric Lanau a annoncé son intention de porter plainte contre X pour dégradation de matériel. Une démarche symbolique pour ne pas laisser ces actes impunis. Une procédure d’expulsion doit être mise en place par l’université Bordeaux-Montaigne en collaboration avec les autorités pour tenter de régler ce problème. En attendant, le club de rugby pourra encore assurer ses matchs et entraînements sur les terrains synthétiques, mais les conditions d’accueil sont franchement dégradées. Imaginez-vous jouer ou vous entraîner parmi les excréments et les poubelles… Pas très glamour ! Le BEC rugby compte 260 adhérents, dont 80% sont des étudiants. Le club est également ouvert aux enfants et aux familles, mais l’accueil se fait maintenant dans des conditions très précaires. Ça ne donne pas vraiment envie de venir taper dans l’ovale, n’est-ce pas ? Malgré cette situation difficile, le BEC rugby ne perd pas son esprit jovial et lance un appel à la solidarité. Ils ont besoin de soutien pour faire face à cette épreuve et rénover leur terrain. Alors n’hésitez pas à les contacter si vous souhaitez prêter main forte ! En conclusion, les joyeux caravanes ont réussi à semer la désolation une fois de plus au club de rugby BEC. Le président est très affecté par cette nouvelle invasion et se sent démuni face à ces actes de vandalisme. Espérons que des solutions pourront être trouvées rapidement pour garantir des conditions d’accueil dignes au club et permettre aux joueurs de pratiquer leur sport dans de bonnes conditions.

Source: actu.fr