La mère d’un joueur de rugby barre la route aux gens du voyage qui reviennent au BEC, à Bordeaux

La mère d'un joueur de rugby barre la route aux gens du voyage qui reviennent au BEC, à Bordeaux

Des tensions persistent entre les gens du voyage et le club de rugby BEC à Bordeaux. Alors que les caravanes avaient été expulsées du parking du club, certains membres de la communauté tentent désespérément de revenir sur les lieux. Une mère, accompagnée de sa fille, a même décidé de bloquer l’accès avec sa voiture, dans une scène surréaliste. La situation est telle que le président du club a mandaté une équipe pour bloquer l’entrée et des blocs de béton doivent prochainement être installés pour condamner définitivement l’accès. Le président se dit même prêt à appeler la police si les gens du voyage persistent dans leurs tentatives. Pourtant, les autorités avaient déjà procédé à l’expulsion d’une partie des caravanes, mais cela ne concerne qu’une fraction de la communauté. D’ailleurs, une cinquantaine de caravanes continuent d’occuper les lieux, malgré la plainte déposée par l’université pour les faire partir. Pour la mère qui bloque l’accès, les journées sont longues et épuisantes. Elle affirme avoir repoussé une dizaine de personnes en une seule journée. Tandis que les gens du voyage attendent patiemment qu’elle parte pour revenir sur les lieux. Cette situation a suscité l’admiration de certains membres de l’université voisine, qui voient en cet acte de blocage un acte courageux. Mais pour la mère et sa fille, cette situation de blocage n’est pas un choix, mais une nécessité. Malheureusement, l’expulsion des caravanes n’a pas résolu le problème. Le club de rugby est toujours à la recherche de terrains d’entraînement et fait face à des dégradations régulières depuis plus d’un an et demi. Le club house a même été désossé récemment, laissant le club dans une situation précaire. Malgré ces difficultés, une maigre consolation attend le club avec la livraison de constructions modulaires la semaine prochaine, permettant de retrouver des locaux en meilleur état. Cependant, l’imbroglio avec les gens du voyage continue de prendre un temps précieux au club, qui doit faire face à des retards dans son fonctionnement. En conclusion, les tensions persistent entre les gens du voyage et le club de rugby BEC. Malgré l’expulsion partielle des caravanes, certains membres de la communauté tentent désespérément de revenir sur les lieux. Ceci a créé une situation sans précédent où une mère se retrouve à bloquer l’accès avec sa voiture. Le club fait tout son possible pour sécuriser les lieux, mais les dégradations et les retards dans le fonctionnement continuent de poser problème. Espérons que des solutions durables puissent être trouvées pour résoudre cette situation complexe.

Source: actu.fr