La Fédération australienne réclamerait 600 000 € à la FFR après le test-match du mois d’août face aux Bleus

La Fédération australienne réclamerait 600 000 € à la FFR après le test-match du mois d'août face aux Bleus

La Fédération française de rugby (FFR) se retrouve dans une situation délicate. En effet, selon le journal australien « The Sydney Morning Herald », la fédération australienne réclamerait plus de 600 000 euros à la FFR suite à un accord verbal survenu lors du test-match entre les Bleus et les Wallabies en août dernier. Florian Grill, le président de la FFR, refuse de payer cette somme sans preuve écrite. Un accord verbal risqué Il semblerait que lors d’une conversation entre Bernard Laporte, alors président de la FFR, et Hamish McLennan, patron de la fédération australienne, une promesse ait été faite de verser une importante somme d’argent en échange de la participation des Wallabies au test-match de préparation à la Coupe du monde. Cependant, cet accord n’a pas été formalisé par écrit et aucun engagement concret sur une somme d’un million d’euros n’a été pris. Des discussions en cours Depuis ces révélations, la FFR s’est efforcée de trouver un terrain d’entente avec la fédération australienne. Malheureusement, selon les informations du Sydney Morning Herald, les négociations sont dans l’impasse. La Fédération australienne, confrontée à des difficultés sportives et financières, réclamerait toujours plus d’un million de dollars australiens à la FFR, soit environ 602 000 euros. Pour l’instant, seul un montant de 60 000 euros aurait été versé. Pas de règlement sans preuve écrite Florian Grill, le président de la FFR, se montre inflexible dans cette affaire. Il refuse de régler la somme demandée sans preuve écrite de l’accord conclu. Selon lui, il n’y a aucune trace de cette promesse dans les documents officiels de la FFR et les dirigeants australiens n’ont pas pu prouver que cette somme était budgétée. La nouvelle direction de la FFR souhaite rendre des comptes à ses membres et au comité directeur et ne peut pas prendre de décision sans preuve concrète. Des discussions en cours Les discussions entre les deux fédérations se poursuivent pour essayer de trouver un compromis. Le directeur général de la Fédération australienne, Phil Waugh, a déclaré que des discussions constructives étaient en cours avec la nouvelle direction de la FFR afin de finaliser les tarifs des matchs pré-Coupe du monde. Florian Grill se montre optimiste quant à la résolution de ce litige mais reste ferme sur la nécessité d’avoir des preuves écrites. En attendant, la FFR reste dans une situation délicate sur le plan financier. La fédération française, tout comme son homologue australienne, fait face à un déficit conséquent et ne peut se permettre de payer des sommes sans preuve concrète d’un accord verbal. Les négociations se poursuivent donc dans l’espoir de trouver une solution qui satisfasse les deux parties. En attendant, la FFR continue de rendre des comptes à ses membres et de gérer au mieux ses finances.

Source: lequipe.fr