Coupe du monde de rugby : « On ne travaillait pas avec la vidéo, on était moins préparés », se souvient Philippe

Coupe du monde de rugby : "On ne travaillait pas avec la vidéo, on était moins préparés", se souvient Philippe

L’évolution du rugby vue par Philippe Sella

Une carrière légendaire

Philippe Sella, ancien international de rugby français, qui compte 111 sélections entre 1985 et 1992, profite de la Coupe du monde pour donner son point de vue sur la professionnalisation du rugby. Son palmarès inclut une demi-finale d’anthologie face à l’Australie en 1987 et la première finale de Coupe du monde du XV de France. Il a également remporté trois Tournois des Cinq Nations et marqué 30 essais en bleu.

Le rugby d’hier et d’aujourd’hui

Franceinfo: sport a interrogé Philippe Sella sur la différence entre jouer une Coupe du monde maintenant et à son époque. Il explique que lorsqu’il évoluait, il y avait beaucoup de découvertes à faire en termes d’environnement et de préparation. Contrairement aux joueurs d’aujourd’hui, qui sont des professionnels dédiés au rugby, Sella et ses coéquipiers devaient concilier leur passion pour le rugby avec leur travail. Cela rendait la récupération physique plus difficile et il y avait moins de préparation tactique avec l’absence de vidéo à l’époque.

Malgré ces différences, Sella souligne que les joueurs d’aujourd’hui doivent maîtriser un environnement très différent de celui de son époque, mais ils y sont habitués et cela se voit dans leur performance lors de la Coupe du monde actuelle.

L’impact de la professionnalisation sur les valeurs du rugby

Selon Sella, la professionnalisation du rugby n’a pas changé le fond du sport. Les joueurs d’aujourd’hui ont simplement plus d’opportunités d’apprendre et de se préparer dès leur plus jeune âge. Ils bénéficient de davantage d’entraînements et acquièrent rapidement des compétences techniques et physiques nécessaires au rugby. Cela leur permet également de développer des valeurs comme le collectif, la communication et le soutien dès le début de leur apprentissage.

La nouvelle génération et les vocations

La professionnalisation a également permis aux jeunes joueurs de se projeter davantage dans une carrière de rugbyman. Ils peuvent découvrir leurs qualités et leurs capacités dès leur plus jeune âge, et lorsqu’ils reçoivent des offres de clubs, cela peut les inciter à envisager une carrière professionnelle. Cependant, Sella souligne qu’il est important de suivre une double formation pour s’assurer d’avoir d’autres options après la fin de la carrière de rugbyman.

La transition vers la vie après le rugby

Sella insiste sur l’importance de la double formation chez les jeunes rugbymen. Il souligne que la carrière de rugbyman ne dure pas éternellement et qu’il est essentiel de préparer les joueurs à une transition réussie vers une autre carrière après avoir quitté les terrains. Obtenir un diplôme en parallèle du rugby est donc essentiel pour assurer un avenir stable aux joueurs.

Source: francetvinfo.fr